La picachanson n°35 : Madeleine

En cette année picassienne 2021-2022, nous vous proposons de continuer ensemble l'œuvre débutée l'année dernière : chaque dimanche (ou presque), nous découvrirons une chanson. Parce que les chansons sont le reflet de leur époque, elles transmettent et perpétuent des images de leur monde, et, par leur universalité, offrent un pont naturel avec le nôtre. Nous aborderons ainsi des chansons de tous les styles et de toutes les époques, de tous les genres musicaux… mais toujours en lien avec l'actualité. L'actualité du monde, l'actualité du collège, l'actualité de nos vies. Aussi, ouvrez vos chakras, vos oreilles et vos cœurs : pour sa deuxième saison, voici venir la picachanson !

La picachanson de cette semaine remonte à l’année 1962, c’est l’une des chansons-phare du chanteur belge Jacques Brel, qui l’a créée sur scène, à L’Olympia, avant de l’intégrer à son album suivant. Elle est devenue si emblématique de son répertoire qu’il concluait ensuite ses concerts en la chantant en dernier, au grand plaisir du public. Madeleine, ou l’histoire d’un amour éternellement déçu, et d’un amoureux éternellement optimiste…

Il faut dire que cette chanson, et le personnage d’amoureux transi qu’il y campe, colle particulièrement bien à la personne que Jacques Brel était alors, jusque dans la vraie vie : à la fois naïf et sincère, simple et excessif, ultrasensible et pourtant imperméable aux injustices, à sa façon ; désespérément triste et gai à la fois, simultanément amoureux de toutes les femmes et en même temps sincèrement désireux de n’aimer éternellement que chacune d’entre elles ; amoureux de la vie, amoureux des mots, amoureux tout court. L’amour de la vie poussé au désespoir, pour un homme littéralement à fleur de peau.

Les élèves de 407 étudient cette chanson en ce moment-même, dans une séquence intitulée « Coup de foudre », juste après cette citation de la romancière Colette : « Il y a deux sortes d’amours : l’amour insatisfait qui rend odieux et l’amour satisfait qui rend idiot. » Brel semble répondre à l’autrice du Blé en herbe, en y ajoutant sa nuance : bien sûr que l’amour rend bête. Mais sont idiots, même les amoureux insatisfaits…

Rassurons-nous : Brassens arrivera bientôt, pour contrebalancer cette vision désabusée.

La version de la chanson ci-dessous est un scopitone, c’est-à-dire l’ancêtre des vidéoclips : tourné en une journée, il était destiné à être diffusé dans les bars, sur les premiers juke-box équipés d’écrans…

*

…mais cet écran n’en était pas vraiment un, car les téléviseurs couleur n’existaient alors pas. Ce juke-box était en fait une sorte de mini-salle de cinéma, projetant un film tourné sur pellicule, au format 16 mm, sur une vitre en verre dépoli. Le son était joué en playback et synchronisé avec la piste vidéo, à partir d’une bande magnétique fournie par la maison de disque.

Les consommateurs du bar pouvaient « jouer » les chansons de leur choix sur la machine (qui s’appelait également un Scopitone – c’était en fait la marque déposée de l’engin), généralement pour la somme d’un franc.

Bonne écoute, et à dimanche prochain.


Madeleine
Chanson de Jacques Brel, Gérard Jouannest et Jean Corti

Ce soir j'attends Madeleine
J'ai apporté du lilas
J'en apporte toutes les semaines
Madeleine elle aime bien ça

Ce soir j'attends Madeleine
On prendra le tram trente-trois
Pour manger des frites chez Eugène
Madeleine elle aime tant ça

Madeleine c'est mon Noël
C'est mon Amérique à moi
Même qu'elle est trop bien pour moi
Comme dit son cousin Joël

Mais ce soir j'attends Madeleine
On ira au cinéma
Je lui dirai des "je t'aime"
Madeleine elle aime tant ça

Elle est tellement jolie
Elle est tellement tout ça
Elle est toute ma vie
Madeleine que j'attends là

Ce soir j'attends Madeleine
Mais il pleut sur mes lilas
Il pleut comme toutes les semaines
Et Madeleine n'arrive pas

Ce soir j'attends Madeleine
C'est trop tard pour le tram trente-trois
Trop tard pour les frites d'Eugène
Madeleine n'arrive pas

Madeleine c'est mon horizon
C'est mon Amérique à moi
Même qu'elle est trop bien pour moi
Comme dit son cousin Gaston

Mais ce soir j'attends Madeleine
Il me reste le cinéma
Je pourrai lui dire des "je t'aime"
Madeleine elle aime tant ça

Elle est tellement jolie
Elle est tellement tout ça
Elle est toute ma vie
Madeleine qui n'arrive pas

Ce soir j'attendais Madeleine
Mais j'ai jeté mes lilas
Je les ai jetés comme toutes les semaines
Madeleine ne viendra pas

Ce soir j'attendais Madeleine
C'est fichu pour le cinéma
Je reste avec mes "je t'aime"
Madeleine ne viendra pas

Madeleine c'est mon espoir
C'est mon Amérique à moi
Mais sûr qu'elle est trop bien pour moi
Comme dit son cousin Gaspard

Ce soir j'attendais Madeleine
Tiens le dernier tram s'en va
On doit fermer chez Eugène
Madeleine ne viendra pas

Elle est elle est pourtant tellement jolie
Elle est pourtant tellement tout ça
Elle est pourtant toute ma vie
Madeleine qui ne viendra pas

Mais demain j'attendrai Madeleine
Je rapporterai du lilas
J'en rapporterai toute la semaine
Madeleine elle aimera ça

Demain j'attendrai Madeleine
On prendra le tram trente-trois
Pour manger des frites chez Eugène
Madeleine elle aimera ça

Madeleine c'est mon espoir
C'est mon Amérique à moi
Tant pis si elle est trop bien pour moi
Comme dit son cousin Gaspard

Demain j'attendrai Madeleine
On ira au cinéma
Je lui dirai des "je t'aime"
Et Madeleine elle aimera ça.

M. Leclerc

Administrateur du site du collège.

Vous aimerez aussi...

Thank you for your upload