Un court-métrage : Logorama

Cet article est particulièrement adapté au programme de français de quatrième (thème : « Informer, s’informer, déformer ») et de troisième (thème « Dénoncer les travers de la société »).

Vous vouliez un film d’action, en voici un ! C’est l’histoire trépidante d’un braquage et d’une prise d’otages qui finissent mal, avec du suspense, des coups de feux et des personnages auxquels ont tient tout de suite… Le tout prend finalement des allures de film-catastrophe.

Ah oui… avec une particularité… tous les personnages sont des logos ! Et même tous les décors, tous les costumes, accessoires… En fait, ce court-métrage de 16 minutes est entièrement composés avec des logos de marque. On peut même s’amuser à essayer de les compter… Combien en reconnaissez-vous ? Accrochez-vous, car il y en a près de 3000 !

GARE AUX MÉCHANTS PERSONNAGES !

Logorama a obtenu l’Oscar et le César du meilleur court métrage d’animation en 2010. Dans la version française, on reconnaîtra notamment la voix d’Omar Sy. Il est temps de voir le film :

À chaque génération ses références : des dizaines de logos ne seront compréhensibles que des élèves, car leurs parents ne les repèreront pas. Mais à l’inverse, les parents en capteront beaucoup d’autres qu’il est logique que leurs enfants ne reconnaissent pas… Et peut-être même qu’en montrant ce film aux grands-parents, des dizaines de nouvelles références ressurgiront…

Bien entendu, il n’est pas anodin d’utiliser ainsi des logos pour raconter une histoire… Car chaque logo est censé véhiculer les valeurs de chaque marque… Or, croyez-vous réellement que Ronald McDonald ait été imaginé comme un malfrat, dans l’esprit des publicitaires qui l’ont créé ? Ou que la mascotte d’Haribo soit censée être un gamin espiègle et malpoli ?

Après avoir vu le film une première fois, on peut ainsi s’amuser à le regarder à nouveau, juste pour réaliser le rôle que font jouer aux logos les auteurs du film : l’impertinence des choix, les associations amusantes… Les détails qui tuent… Les auteurs de ce film sont français, regardez-les s’exprimer à ce sujet dans cette courte vidéo :

Forcément, on en vient à se poser cette question : les marques n’ont-elles pas pris trop de place dans notre société ? La publicité, le marketing, nous libèrent-ils ou nous contraignent-il ? C’est une vraie question… que chacun d’entre nous peut se poser.

En effet chacun d’entre nous est soumis à environ… 15 000 stimuli commerciaux, chaque jour ! (Publicités, logos, marques, enseignes…) Quelle place reste-t-il dans nos cerveaux pour nos vraies envies, celles qui ne nous seraient pas imposées par les publicitaires ? À chacun sa réponse.

M. Leclerc

Administrateur du site du collège.

Vous aimerez aussi...