La picachanson n°68 : ¿ Por qué te vas ?

Pour la troisième année, sur le site du collège Picasso, chaque dimanche (ou presque), nous découvrirons une chanson. Parce que les chansons sont le reflet de leur époque, elles transmettent et perpétuent des images de leur monde, et, par leur universalité, offrent un pont naturel avec le nôtre. Nous aborderons ainsi des chansons de tous les styles et de toutes les époques, de tous les genres musicaux… mais toujours en lien avec l'actualité. L'actualité du monde, l'actualité du collège, l'actualité de nos vies. Alors ouvrez vos chakras, vos oreilles et vos cœurs : pour sa troisième saison, voici venir la picachanson !

En ce jour de départ du voyage en Espagne pour 48 élèves et 5 professeurs du collège, il fallait bien leur faire un clin d’œil… Aussi penchons-nous aujourd’hui sur la chanson en espagnol, interprétée en 1974 par la chanteuse britannico-espagnole Jeannette : ¿ Por qué te vas ?

Cette chanson passée dans l’imaginaire collectif est aujourd’hui souvent véhiculée avec le titre « Porque te vas », qui peut se traduire en « Parce que tu pars », mais l’orthographe initiale du titre, « ¿ Por qué te vas ? » se traduit plutôt par la question « Pourquoi pars-tu ? ». Toute la finesse de l’ambigüité des homonymes…

Car cette chanson a une histoire bien particulière. À sa sortie, son interprète, Jeannette, a 23 ans. Basée sur une rythmique s’approchant du reggae, avec une orchestration basée sur les cuivres et une rythmique marquée par les cymbales, elle ne connaît qu’un succès d’estime, limité à l’Espagne.

Mais en 1975, un événement marquant à secoué l’Espagne : la mort de Franco. Dictateur ayant dirigé l’Espagne pendant près de 40 ans (de 1936 à 1975), Francisco Franco avait verrouillé l’Espagne et imposé un régime conservateur et autoritaire, où les libertés individuelles étaient fortement réduites.

En 1976, quelques mois après la mort de Franco, mais encore un an avant les premières élections libres qui conduiront au processus de transition démocratique (cliquez ici pour tout comprendre), sort en Espagne un film qui a marqué l’histoire du cinéma : Cria Cuervos, de Carlos Saura. Ce film évoque les rapport difficiles entre les enfants et les adultes, en se focalisant sur Ana, une jeune fille de 9 ans ayant perdu ses deux parents, et s’imaginant vivre les instants présents avec sa mère disparue, grâce à ses rêves.

Dans ce film d’une grande poésie, la chanson ¿ Por qué te vas ? joue un rôle très particulier. Ana en possède le 45 tours, et le met souvent, pour se remémorer le souvenir de sa mère. La chanson est également présente sur le générique de fin, et restera irrémédiablement dans les oreilles des millions de personnes qui verront le film à travers le monde. Symbole d’une Espagne s’ouvrant culturellement au monde après la mort du caudillo Franco, Cria Cuervos décrochera des prix au festival de Cannes, aux César (meilleur film étranger), aux Golden Globes… Et la chanson est restée dans nos cœurs.

Découvrez ci-dessous une plus belles scènes du film Cria Cuervos, celle où la chanson prend toute son ampleur. D’abord interrompue par une adulte (les adultes, décidément ne comprennent rien à l’enfance, rien à l’absence, rien à l’émotion, rien à rien). Et puis reprise à zéro, et allant jusqu’à son terme. La voix cristalline de Jeannette. Les paroles solaires et déchirantes (« Le soleil brille à ma fenêtre / Et mon coeur devient triste / en contemplant la ville / Car tu t’en vas »). Le charleston et les cymbales qui relancent la machine à souvenirs toutes les deux mesures. L’émotion à l’état pur.

Bonne picachanson, bon dimanche (soir) et à dimanche prochain.


¿ Por qué te vas ?
Jeannette

Hoy en mi ventana brilla el sol
Y el corazón
Se pone triste contemplando la ciudad
Porque te vas

Como cada noche desperté
Pensando en ti
Y en mi reloj todas las horas vi pasar
Porque te vas

Todas las promesas de mi amor se irán contigo
Me olvidarás
Me olvidarás
Junto a la estación hoy lloraré igual que un niño
Porque te vas
Porque te vas
Porque te vas
Porque te vas

Bajo la penumbra de un farol
Se dormirán
Todas las cosas que quedaron por decir
Se dormirán

Junto a las manillas de un reloj
Esperarán
Todas las horas que quedaron por vivir
Esperarán

Todas las promesas de mi amor se irán contigo
Me olvidarás
Me olvidarás
Junto a la estación hoy lloraré igual que un niño
Porque te vas
Porque te vas
Porque te vas
Porque te vas

Todas las promesas de mi amor se irán contigo
Me olvidarás
Me olvidarás
Junto a la estación hoy lloraré igual que un niño
Porque te vas
Porque te vas

Todas las promesas de mi amor se irán contigo
Me olvidarás
Me olvidarás
Junto a la estación hoy lloraré igual que un niño
Porque te vas
Porque te vas
Porque te vas
Porque te vas

M. Leclerc

Administrateur du site du collège.

Vous aimerez aussi...

Thank you for your upload