La picachanson n°63 : Le dernier jour du disco

Pour la troisième année, sur le site du collège Picasso, chaque dimanche (ou presque), nous découvrirons une chanson. Parce que les chansons sont le reflet de leur époque, elles transmettent et perpétuent des images de leur monde, et, par leur universalité, offrent un pont naturel avec le nôtre. Nous aborderons ainsi des chansons de tous les styles et de toutes les époques, de tous les genres musicaux… mais toujours en lien avec l'actualité. L'actualité du monde, l'actualité du collège, l'actualité de nos vies. Alors ouvrez vos chakras, vos oreilles et vos cœurs : pour sa troisième saison, voici venir la picachanson !

Pour cette première picachanson de l’année, et pour ce dernier jour avant la reprise des cours, laissons-nous porter par Juliette Armanet, qui avec sa chanson Le dernier jour du disco, sortie il y a exactement un an, jouait agréablement des codes de fin d’époque, qui nous offrent des perspectives illimitées au commencement d’une nouvelle ère. C’était la fin (espérée) des confinements, des restrictions, des attestations…

Les premiers mots, mais aussi les derniers mots de la chanson le scandent comme un mantra : « C’est la fin ». Le début timide, mélancolique, presque déjà nostalgique de la chanson, laisse croire que cette fin est forcément triste, et qu’elle fait peur : « Ne me lâche pas la main », dit la chanteuse, avant d’ajouter « Ne me lâche pas, je te tiens », puis « Ne me lâche pas, c’est rien », en écho du refrain.

Mais, dès le deuxième couplet de la chanson, la musique ne dit plus la même chose que les paroles. Ce qui était triste devient lumineux. Ce qui était trainassant devient entraînant. Ça saute dans tous les sens, ça pétille de partout. Un explosion de métaphores et de bonne humeur ! Bien sûr c’est la fin, mais c’est aussi le début de quelque chose. Et oui, ça va être bien ! Et promis, on ne vous lâchera pas la main.

Bonne écoute et à dimanche prochain pour une nouvelle picachanson.


Le dernier jour du disco
Juliette Armanet

C’est la fin, le tout dernier matin
Le tout dernier jasmin
Ne me lâche pas la main

C’est la fin, le soleil au lointain
S’écoule seul dans son coin
Ne me lâche pas je te tiens

Le dernier jour du disco
Je veux le passer sur ta peau
À rougir comme un coquelicot

Le dernier jour du disco
Je veux l’entendre en stéréo
Et te dire qu’y a rien de plus beau

C’est la fin, les statues d’airain
Coulent dans leur chagrin
Ne me lâche pas la main

C’est la fin les rivières du destin
S’affolent comme du satin
Ne te lâche pas, je te tiens

Le dernier jour du disco
Je veux le passer sur ta peau
À rougir comme un coquelicot

Le dernier jour du disco
Je veux l’entendre en stéréo
Et te dire que rien n’est plus beau

C’est la fin, les couleurs soudain
Se confondent au fusain
Ne me lâche pas c’est rien

C’est la fin, je vois sur le dessin
Quelque chose de divin
Ton dédale, mon jardin

Le dernier jour du disco
Je veux le passer sur ta peau
À rougir comme un coquelicot

Le dernier jour du disco
Je veux l’entendre en stéréo
Et te dire que rien n’est plus beau

Le dernier jour du disco
Je veux le passer sur ta peau
À rougir comme un coquelicot

Le dernier jour du disco
Je veux l’entendre en stéréo
Et te dire que rien n’est plus beau

C’est la fin

M. Leclerc

Administrateur du site du collège.

Vous aimerez aussi...

Thank you for your upload