La picachanson n°53 : Vingt-trois

En cette année picassienne 2021-2022, nous vous proposons de continuer ensemble l'œuvre débutée l'année dernière : chaque dimanche (ou presque), nous découvrirons une chanson. Parce que les chansons sont le reflet de leur époque, elles transmettent et perpétuent des images de leur monde, et, par leur universalité, offrent un pont naturel avec le nôtre. Nous aborderons ainsi des chansons de tous les styles et de toutes les époques, de tous les genres musicaux… mais toujours en lien avec l'actualité. L'actualité du monde, l'actualité du collège, l'actualité de nos vies. Aussi, ouvrez vos chakras, vos oreilles et vos cœurs : pour sa deuxième saison, voici venir la picachanson !

Le cinquante-troisième picachanson se penche sur une chanson dont le titre est un nombre. Les nombres sont importants dans la vie : à défaut d’en donner le sens, ils permettent souvent de le décrypter. Comment analyser, comparer, se positionner, s’étalonner, se comprendre, sans utiliser les nombres ? Car la rationalité n’est pas forcément un défaut…

Certains nombres sont évidemment fétiches : le 3 du nombre des temps de la valse (et du rythme ternaire des poètes), le 7 qui porte chance (mais aussi l’âge de raison), le 8 symbole de l’infini (du moins lorsqu’on le penche sur le côté), le 13 qui porte malheur (et cela porte même un nom : la triskaïdékaphobie) et forcément le nombre 42 qui est la réponse ultime à la grande question sur la vie, l’univers et le reste (cliquez ici pour comprendre)…

Bien sûr, nous pourrions ajouter à cette liste les nombres à virgule ayant acquis un nom, et que les mathématiciens connaissent bien : pi (environ 3,14116), le fameux nombre d’or (environ 1,61803), la constante d’Euler (environ 2,71828)… Chacun de ces nombres sert à comprendre, expliquer, prendre la mesure (au sens propre du terme) de la vie.

Et donc pour notre picachanson, penchons-nous sur un nombre tout aussi emblématique : le nombre vingt-trois.

« 23 » est en effet une chanson du groupe américain de rock alternatif Jimmy Eat World. Dans cette chanson, le nombre 23 est annoncé par le narrateur comme fatidique : ce serait l’âge auquel il ne faut pas arriver sans avoir pris les bonnes décisions. Un super-âge de raison, en quelque sorte : « Amazing still it seems / I’ll be 23 / I won’t always love what I’ll never have / I won’t always live in my regrets », à traduire par quelque chose comme : « C’est incroyable de voir que j’aurai 23 ans, que je n’aimerai pas toujours ce que je n’aurai jamais, que je ne vivrai pas toujours avec des regrets. »

Le nombre 23 est ainsi un nombre emblématique, qui porte des significations fortes pour beaucoup de gens. C’est le nombre de paires de chromosomes qui codent notre code génétique. C’est un nombre important de la mythologie grecque (lié à Éris, déesse de la discorde), mais aussi des trois religions monothéistes ! En effet, pour l’Islam, la révélation du prophète aurait duré… 23 ans. Et le livre des psaumes, le plus long livre de de l’Ancien Testament (partie intégrante à la fois de la Bible chrétienne et de la Torah juive), en est le vingt-troisième livre et, parmi tous les psaumes, c’est précisément le vingt-troisième psaume qui en est le plus célèbre.

Par ailleurs, une mythologie moderne s’est brodée autour du nombre 23, récupéré comme emblème par la culture techno et celle des free party, et l’écrivain Robert Wilson l’a utilisé comme nombre codé dans son célèbre livre Illuminatus, pionnier du genre littéraire du thriller complotiste (bien avant Le pendule de Foucault, Le Da Vinci code ou mêmes la série X-Files). C’est en référence à ce livre que l’actrice italienne Asia Argento s’est faite tatouer le nombre 23 sur la nuque :

Le tatouage sur la nuque d’Asia Argento, avec le nombre 23.

(Les élèves de 304 et de 307 du collège ont étudié cette année, en cours de français, l’incroyable incipit de l’autobiographie d’Asia Argento : « Anatomie d’un cœur sauvage », publié aux éditions Hors collection.)

Mais revenons-en à notre picachanson, qui est la onzième chanson de l’album « Futures », sorti en 2004.

La pochette de l’album Futures du groupe Jimmy Eat World, contenant la chanson « 23 ».

« Futures » en anglais, et donc « Futurs » en français. Pour cet album, Jimmy Eat World a choisi de mettre un « S » au mot « futur ». Réfléchissons une seconde à ce pluriel. Existe-il un seul ou plusieurs futurs ? On parle d’habitude « du » futur, et pour cause. Par définition, notre futur est unique (demandez à Antigone). Dans dix ans, dans vingt ans, dans mille ans (si nous sommes encore là), nous serons ce que nous serons. Si la question principale est d’être ou de ne pas être, la question ne se pose pas de choisir entre plusieurs soi, à un instant T. Nous sommes ce que nous sommes…

Mais (sauf en conjugaison) le principe du futur est d’être conditionnel. L’instant T de demain n’est pas écrit, et il en est de la responsabilité de chacun de préparer la société du futur. Si le présent n’existe qu’au singulier, le futur, lui, a cette chance de ne pas encore exister, et se prépare dès maintenant. C’est en cela que le futur est pluriel : lorsque le futur sera devenu le présent, il n’y aura plus rien à modifier, plus rien à améliorer, plus rien à réparer. Tant que le futur est futur, il est temps de ne ne pas l’abîmer, pour en faire une plus belle chose que notre présent.

En somme, décidons de notre avenir tant qu’il en est encore temps. Ce sont des questions qui structurent notre société. Ce sont des questions qui devraient nous donner la raison de vivre. Gouverner, c’est prévoir.

Bonne écoute, et à dimanche prochain.


23
Jimmy Eats World

I felt for sure last night
That once we said goodbye
No one else will know these lonely dreams
No one else will know that part of me

I'm still driving away
And I'm sorry every day
I won't always love these selfish things
I won't always live
Not stopping

It was my turn to decide
I knew this was our time
No one else will have me like you do
No one else will have me, only you

You'll sit alone forever
If you wait for the right time
What are you hoping for?

I'm here and now I'm ready
Holding on tight
Don't give away the end
The one thing that stays mine

Amazing still it seems
I'll be 23
I won't always love what I'll never have
I won't always live in my regrets

You'll sit alone forever
If you wait for the right time
What are you hoping for?
I'm here and now I'm ready
Holding on tight
Don't give away the end
The one thing that stays mine

You'll sit alone forever
If you wait for the right time
What are you hoping for?
I'm here and now I'm ready
Holding on tight
Don't give away the end
The one thing that stays mine

M. Leclerc

Administrateur du site du collège.

Vous aimerez aussi...

Thank you for your upload