La picachanson n°1 : Tes parents

Chaque dimanche, en cette année picassienne 2020-2021, le collège Picasso vous fait découvrir une chanson. De tous les styles et de toutes les époques, de tous les genres musicaux… Aux confluences de tous les arts et de toutes les traditions, la chanson est sans doute un art mineur… ou plutôt c’est ce qu’elle aime bien nous faire croire, pour nous toucher plus facilement ! Ouvrez vos chakras, vos oreilles et vos coeurs : voici venir la picachanson !

Pour ce dimanche 4 octobre 2020, voici la chanson Tes Parents, de Vincent Delerm, qui parlera forcément à toutes les générations… Moins légère qu’elle n’en donne l’air, cette chanson est l’occasion pour l’auteur de s’interroger sur la personnalité des parents de sa petite amie, avant de les rencontrer. Pour l’instant, il semble ne rien savoir d’eux, alors il imagine… À quoi ressembleront-ils ? Sympas ou pénibles, il fera tout pour les accepter…

Mais pourquoi ne les a-t-il pas encore rencontrés ? Et qui cette petite amie est-elle réellement ? Cela ne vous intrigue-t-il pas qu’il ne cite son prénom que dans les deux derniers vers de cette chanson… Existe-elle au moins vraiment ?

Dans cette chanson, l’auteur ne cacherait-il pas son jeu, en imaginant les détails d’une future histoire d’amour qui n’existerait même pas encore ? D’ailleurs, le prénom de cette fameuse petite amie n’est pas forcément choisi au hasard… (Voir indice en fin de page.) Bonne écoute !

Tes parents ce sera peut-être
Des professeurs de lettres,
Branchés sur France Inter
Et qui votent pour Les Verts.
Chez tes parents dans ce cas-là,
Y aura Télérama,
Un album sur Colette,
Et le chauffage à dix-sept.

Mais tes parents si ça tombe,
Aiment bien faire le tour du monde,
Aller dans les pays chauds,
Et ramener des diapos.
Pour Noël si ça se trouve,
J'aurais un bouquin sur le Louvre,
Si ça se trouve tes parents,
Sont un tout petit peu chiants…

Je suis prêt à tout accepter,
Figaro Madame ou Libé ;
Je suis prêt à faire des concessions
Manger de la cervelle de mouton.
Je suis prêt à tout pour que ça passe
Caresser leur chien dégueulasse ;
Supporter toute la Traviata
Et même regarder Thalassa.

Mais tes parents, pourquoi pas,
Font du ski dans le Jura,
Cinquantaine ils s'éclatent,
A l'avant du quatre-quatre.
Si tes parents nous traînaient
Faire du golf au Touquet,
Peut-être que tes parents,
On les verrait pas souvent…

Mais tes parents, c'est probable,
Le samedi jouent au scrabble,
Ils viennent juste de s'inscrire
Dans la chorale de Riquewihr.
Tes parents, au café,
Commandent un quart Perrier.
Tes parents c'est peut-être
Des gens à la retraite.

Je suis prêt à tout accepter,
Figaro Madame ou Libé ;
Prêt à trahir mes convictions,
Manger des huîtres au réveillon.
Je suis prêt à tout pour que ça passe,
Dire du mal du voisin d'en face ;
Supporter les Opel Vectra
Et même regarder Thalassa.

Et tes parents c'est peut-être des gens biens
Qui regardent les soirées spéciales Joe Dassin ;
Et puis qui disent : « Ben non tant pis on fera la vaisselle demain matin » ;
Avec ta mère qui veut toujours qu'on rapporte les restes de la blanquette
Quand on rentre le dimanche soir à la Porte Champerret ;
Et puis ton père qui me demande :
« Alors Vincent ! Quand est-ce que vous faites un disque ? »

Je suis prêt à tout pour que ça passe,
Caresser leur chien dégueulasse ;
Ouvrir les boites de Canigou ;
Chloé m'a tellement parlé de vous…

Chloé m'a tellement parlé de vous.

Histoire des arts :

« Tes parents » est une chanson de Vincent Delerm (paroles et musique), parue en avril 2002, cinquième chanson de son album simplement nommé Vincent Delerm (on parle d’album « éponyme »), publié par le label Tôt ou tard. Avec cette album, Vincent Delerm faisait découvrir une nouvelle manière de chanter, avec un timbre faussement nonchalant et une propension à citer des noms propres (le « name dropping ») participant à la mise en place d’un univers très personnel et humoristique. Avec Bénabar, Sanseverino et Carla Bruni, ils avaient alors créé les contours d’une « nouvelle chanson française », selon la formule du magazine culturel Les Inrockuptibles, qui tranchait alors avec les succès musicaux incarnés par l’émission de télévision Star Academy. Depuis, Vincent Delerm a publié sept autres albums.


Indice promis : le prénom Chloé est marqué par son usage dans la littérature. Il s’agit d’un des deux personnages principaux du roman L’écume des jours, de Boris Vian. L’amour entre Colin et Chloe est immense et indépassable… mais il est impossible, car Chloe est condamné : un nénuphar lui pousse dans les poumons… !
À vous d’en déduire ce que vous voulez sur le sens du choix de ce prénom par Vincent Delerm…

M. Leclerc

Administrateur du site du collège.

Vous aimerez aussi...