La picachanson (de l’été) n°59 : Juice

Parce qu’il n’y aucune raison d’arrêter d’écouter des chansons, la Picachanson vous offre du rab pendant les vacances ! Chaque dimanche, nous vous proposons notre sélection de chansons d’été, forcément inoxydables. À écouter l’oreille décontractée, en profitant de l’été.

Attention, chanson sévèrement entêtante ! Une fois qu’on a écouté le refrain de Juice une première fois, on a l’impression qu’il rebondit entre ses deux oreilles, indéfiniment. Au passage, il titille forcément les neurones, ceux de l’entrain, du sourire, du plaisir. À croire que nous sommes dotés des synapses de la joie de vivre, et que Lizzo a trouvé le moyen de les activer : lorsqu’on écoute cette chanson, impossible de ne pas déborder d’énergie ! Et puis, à force de chercher une sortie dans notre boîte crânienne, le refrain se glisse jusqu’aux lèvres, et on se retrouve à le chantonner machinalement, sans même s’en rendre compte. « Ya-ya-ee, ya-ya-ee, ya-ya-ee, ya-ya-ee / Blame it on my juice, blame it, blame it on my juice ». (Regard paniqué autour de soi, de peur que quelqu’un nous ait entendu. Mais en fait tout le monde chante aussi…)

Juice, c’est d’abord et avant tout une chanson du regard sur soi-même. D’ailleurs elle s’ouvre avec ces mots : « Mirror, mirror on the wall / Don’t say it, ’cause I know I’m cute. » (« Miroir, miroir sur le mur / Ne le dis pas, parce que je sais que je suis jolie »). Une référence directe, bien sûr à… Blanche-Neige, et au miroir magique de la méchante Reine, qui a le pouvoir de déterminer la plus belle personne du royaume…

Car Lizzo, la chanteuse, ne ressemble en rien à Blanche-Neige et ne correspond pas aux canons de la beauté ordinaire… Elle ne rentre pas dans les vêtements Abercrombie et Fitch (marque s’étant vantée de ne pas vendre de vêtements au-dessus de la taille 40)… et s’en moque bien ! Au contraire, elle s’assume telle qu’elle est, et en fait même une fierté.

Pour se décrire, elle utilise sans modération les métaphores culinaires, se comparant à des plats gras et réconfortants : « I be dripping so much sauce / Gotta been looking like ragù » (à traduire en « Je dégouline tellement de sauce / Je dois ressembler à un ragoût »). Description péjorative ou méliorative… à vous de voir… Pour notre part, la sauce est ce que nous préparons dans les plats… et le ragoût est certainement la plus réconfortante des recettes… (De plus le mot « ragù » fait référence à la cuisine italienne, et il donne une dimension exotique…Le « ragù », c’est la sauce bolognaise bien mijotée, grasse et fondante, cuisine familiale et régressive, cuisine… du plaisir.) Un peu plus loin : « No, I’m not a snack at all / Look, baby, I’m the whole damn meal » (« Non, je ne suis pas une simple collation / Regarde, bébé, je suis le repas tout entier. ») ; Lizzo se compare elle-même à un aliment, et s’amuse du fait que son volume corporel en fait un plat copieux et nourrissant. Une manière de dire que son corps voluptueux est plus avantageux, en de nombreuses circonstances, qu’un corps maigrichon, propre à affoler les couvertures des magazines ?

L’ensemble de la chanson est un hymne à la beauté du corps, à l’acceptation de la beauté de Lizzo, valorisé dans le clip pour les fausses publicités pour les salles de fitness et les produits de beauté. Le « Juice » du titre, q u’on pourrait traduire en « fluide », fait sans doute référence à l’aura, la vitalité du personnage. Ça, elle ne manque pas de jus ! Avec davantage de recul, ce « jus » pourrait faire référence à sa personnalité, à sa féminité, à tout ce qui la rend unique. Cette acceptation métaphorique du mot « juice », comme pour désigner la « personnalité », ne date pas de cette chanson, elle avait été utilisée une première fois dans un film datant de 1992 ; Juice.

Dans ce film daté de 1992, le « Juice » était le respect auquel aspirait les différents protagonistes, et notamment celui joué par le rappeur Tupac Shakur (deux ans avant de mourir dan un guet-apens…).

Car Lizzo est une multimilitante, elle définit son art comme celui de perpétuer des combats… Elle est vite devenue l’emblème du mouvement body-positive et une véritable icône pour la communauté LGBT. Fière de porter ces étendards, l’artiste veut briser tous les codes et c’est ce qu’elle s’attèle à faire dans ses vidéos en assumant son corps (« Good as Hell », « Fitness ») ou en bousculant les règles prétendument préétablies de la masculinité (« Boys »).

Juice est donc un hymne à la féminité, et même à l’hyperféminité. Lizzo y oublie tout complexe, elle s’y assume à l’infini, et renvoie irrémédiablement dans les cordes toute personne qui ne l’assumerait pas autant qu’elle-même. Le tout dans une chanson diaboliquement balancée, rengaine funky et humoristique mêlée de pop et de hip-hop. Prêts pour une escapade de plaisir ? Dans 3 minutes… ce sera à vous de chanter !

Bonne écoute, et à dimanche prochain !


Juice
Lizzo

Mirror, mirror on the wall
Don't say it, 'cause I know I'm cute (ooh, baby)
Louis down to my drawers
LV all on my shoes (ooh, baby)

I be dripping so much sauce
Gotta been looking like ragù (ooh, baby)
Lit up like a crystal ball
That's cool, baby, so is you
That's how I roll

If I'm shining, everybody gonna shine
(Yeah, I'm goals)
I was born like this, don't even gotta try
(Now you know)
I'm like Chardonnay, get better over time
(So you know)
Heard you say I'm not the baddest bitch, you lie

It ain't my fault that I'm out here getting loose
Gotta blame it on the Goose
Gotta blame it on my juice, baby
It ain't my fault that I'm out here making news
I'm the pudding in the proof
Gotta blame it on my juice
Ya-ya-ee, ya-ya-ee, ya-ya-ee, ya-ya-ee
Blame it on my juice, blame it, blame it on my juice
Ya-ya-ee, ya-ya-ee, ya-ya-ee, ya-ya-ee
Blame it on my juice, blame it, blame it on my juice (ooh, baby)

No, I'm not a snack at all
Look, baby, I'm the whole damn meal (ooh, baby)
Baby, you ain't being slick
Don't dare try to cop a feel (ooh, baby)

If the juice ain't worth the squeeze
If the juice don't look like this (like this, like this, like this)
Hold up, nigga, please
Don't make me have to take your bitch, shit (how I roll)

If I'm shining, everybody gonna shine
(Yeah, I'm goals)
I was born like this, don't even gotta try
(Now you know)
I'm like Chardonnay, get better over time
(So you know)
Heard you say I'm not the baddest bitch, you lie (you lie)

It ain't my fault that I'm out here getting loose
Gotta blame it on the Goose
Gotta blame it on my juice, baby
It ain't my fault that I'm out here making news
I'm the pudding in the proof
Gotta blame it on my juice
Ya-ya-ee (ya-ya-ee), ya-ya-ee, ya-ya-ee, ya-ya-ee
Blame it on my juice, blame it, blame it on my juice
Ya-ya-ee (ya-ya-ee), ya-ya-ee, ya-ya-ee, ya-ya-ee
Blame it on my juice, blame it, blame it on my juice, ya-ya-ee (alright)

Somebody come get this man
I think he got lost in my DMs, what? My DMs, what?
You better come get your man
I think he wanna be way more than friends, what?
More than friends
What you want me to say?

It ain't my fault that I'm out here getting loose
Gotta blame it on the Goose
Gotta blame it on my juice, baby
It ain't my fault that I'm out here making news
I'm the pudding in the proof (pudding in the proof)
Gotta blame it on my juice (blame it on my juice)
Ya-ya-ee (yay-ya), ya-ya-ee, ya-ya-ee, ya-ya-ee
Blame it on my juice, blame it, blame it on my juice
Ya-ya-ee (ya-ya-ee), ya-ya-ee, ya-ya-ee, ya-ya-ee
Blame it on my juice, blame it, blame it on my juice (blame it on it, yeah)

M. Leclerc

Administrateur du site du collège.

Vous aimerez aussi...

Thank you for your upload